Master Professionnel Métiers du Livre et de l'édition

Frantz

  

     En 1919, la petite ville allemande de Quedlinbourg peine à se relever de la Grande Guerre, qui a privé de nombreuses familles d’un fils ou d’un frère. Chaque jour, Anna fleurit la tombe de Frantz, qu’elle aurait dû épouser à son retour de France. Un matin, elle remarque la présence d’un jeune inconnu se recueillant et sanglotant. Quelques jours plus tard, le mystérieux français aperçu au cimetière rend visite aux Hoffmeister, les parents de son fiancé chez qui elle vit depuis l’annonce de sa mort. Ceux-ci, encore rongés par le chagrin, accueillent à bras ouverts celui qu’ils croient être un ami que leur fils Frantz aurait connu à Paris. Anna, quant à elle, semble se laisser séduire par Adrien, aux côtés duquel elle reprend goût à la vie. Mais un soir, Adrien avoue à la jeune femme qu’il n’est pas celui qu’il a prétendu être. Il n’a jamais été l’ami de Frantz. Il est en réalité le soldat français qui l’a abattu dans une tranchée, en 1918. Anna comprend alors que les regards vagues et fuyants qu’elle ne s’expliquait pas traduisent une immense culpabilité chez le jeune Français qui, incapable de se pardonner, est venu chercher la rédemption chez les parents de Frantz. Dès lors, la jeune femme, qui semblait près de tomber amoureuse d’Adrien malgré les regards désapprobateurs des nationalistes de Quedlinbourg, le repousse. Celui-ci retourne en France sans dire au revoir à ceux qui le considèrent désormais comme un second fils. Anna, à son tour, dissimule la vérité à ses beaux-parents en leur disant qu’Adrien a dû précipitamment rentrer en France au chevet de sa tante malade. Les semaines passent et ne parvenant pas à oublier le Français, la jeune femme part à sa recherche, à Paris, pour lui faire savoir qu’elle l’a pardonné, mais surtout pour lui faire part des sentiments qu’elle nourrit à son égard. Or, tout ne se passe pas comme elle l’avait imaginé…

     Avec ce film, François Ozon propose une libre adaptation du mélodrame muet réalisé par Ernst Lubitsch en 1932, Broken Lullaby (L’Homme que j’ai tué), lui-même inspiré d’une pièce écrite par Maurice Rostand après la Première Guerre mondiale. Ozon met en scène des personnages qui se laissent prendre dans la spirale du mensonge. Pierre Niney incarne ce soldat français que la Guerre a rendu fragile, n’ayant pas le courage de se présenter auprès des parents de Frantz comme l’assassin de leur fils. Paula Beer, elle, semble jouer deux personnages différents : la jeune femme qui pleure son fiancé au début du film se montre finalement déterminée à protéger celui qui l’a abattu en taisant son crime. Tourné en noir et blanc, bien que les rares moments heureux du film laissent place à la couleur, Frantz témoigne des ravages psychologiques causés par la Grande Guerre et de l’hostilité entre deux peuples que rien ne semble pouvoir réconcilier.

 

Frantz, un film franco-allemand écrit et réalisé par François Ozon, avec Pierre Niney, Paula Beer, Ernst Stötzner. Actuellement sur les écrans du cinéma Utopia de Montpellier (en VOST) :

http://www.cinemas-utopia.org/montpellier/index.php?id=1928&mode=film

Laura Molina Master 1 Métiers du livre et de l'édition