Master Professionnel Métiers du Livre et de l'édition

Chronique Emergenza 2017: la finale au Rockstore

 

     Le 6 mai, comme annoncé précédemment, se tenait donc la fameuse finale de l'Emergenza à Montpellier. Onze groupes ont joué et se sont disputé la qualification pour le concert à Marseille, le 3 juin, ainsi que pour la grande finale à Paris. Attendant de magnifiques prestations, je n'ai pas été déçue.

 

     Tout d'abord, les jeunes lycéens de Sarcasm ont montré que la valeur n'attend pas le nombre des années. Leur rock dynamique a enflammé la salle. La chanteuse a une voix envoûtante ; quant au batteur, il s'est fait remarquer par le jury. Je n'ai d'ailleurs pas résisté à l'envie de leur donner un vote. Derrière eux, le rap de Millezim nous a donné un petit moment de réflexion. Le rock toujours aussi tonique de Red Woods s'est révélé très entraînant ; ils n'ont fait que s'améliorer depuis le concert à l'Antirouille. Les hippies de The Natural Seed ont eux aussi eu leur petit succès. Il faut dire qu'il est difficile de résister à la dose de bonne humeur qu'ils sont capables d'insuffler au public d'une salle. Mais, derrière eux, Miximétry, autre groupe de rock, a été épatant. Personnellement, si j'ai apprécié le jeu instrumental, je n’ai pas été séduite par la voix du chanteur. Néanmoins, il faut reconnaître que leur niveau technique était élevé. Brian is in the Kitchen nous a régalés, une fois encore. J'ai vraiment un faible pour ce groupe, et je les suivrai encore par la suite, même s'ils n'ont pas remporté cette finale. Le groupe de rock Simone s'est révélé très sympathique à écouter. Lady Killers, quant à eux, nous ont à nouveau impressionnés par leur prestation scénique emplie d'une bonne dose d'humour noir, et par leurs compositions dans lesquelles germe un pur grain de folie.

     Après le rock, on en est venu à la prestation des groupes de metal. Le groupe de metal progressif Another Age m'a également impressionnée. C'est frais et, pour du metal progressif, pas trop surchargé au niveau du clavier. Je leur ai donc à eux aussi donné un vote.

    Derrière eux est passé Eclypse. Et là… Déception. Rien à redire sur la qualité de la musique en soi. La voix d'Ambre est toujours aussi jolie, Nestor sait se faire entendre, Svart maîtrise ses riffs… c'est du très bon travail. Sauf que jouer de nouvelles compositions en entrée au lieu de compter par exemple sur la rythmique entraînante de « North », comme à l'Antirouille, c'est une bonne idée pour promouvoir l'album, mais une fatale erreur pour remporter un tremplin. L'Emergenza repose sur le vote, par conséquent, séduire le public – même non initié – est indispensable. Or, celui-ci s’est ennuyé sur les deux premiers morceaux malgré les efforts des fans pour le réveiller. Balder's Return a sauvé la mise et, bien entendu, l'inoubliable Quest of Drinking nous a bien faits bouger comme toujours, mais trop tard. Le public n'est absolument pas convaincu, seuls les fans votent. Je comprends, le cœur serré, que la route va s'arrêter là pour eux. Mais, belle consolation : le jury a adoré Quest of Drinking et ils se sont tout de même faits remarquer.

     Sexplush s'en sortira haut la main, faisant danser et hurler le public. Lorsqu'on passe au décompte et à l'annonce des résultats, on apprend que, pour départager les groupes, cela s'est joué à une ou deux voix près. C'est Miximetry qui l'emporte finalement sous un tonnerre d'applaudissements. Leur prochain concert se tiendra le 3 juin à Marseille.

 

     Ce concert à onze groupes aura été riche en émotions et la soirée particulièrement divertissante. Me voici maintenant en attente de l'édition 2018, en espérant voir des groupes encore plus talentueux.

 

 

 

Harmony Josse Master 1 Métiers du livre et de l'édition

 

 

 

 

Vous êtes ici : Accueil Vie Culturelle Projet reportage culturel Articles 2016/2017 Chronique Emergenza 2017: la finale au Rockstore